Nous avons lu très attentivement...

 

Notes de lecture

DRH, LE LIVRE NOIR

Jean-François Amadieu

Editions du Seuil, 2013 – POINTS

 

Ce livre est une charge en règle et très documentée contre les pratiques des DRH concernant les recrutements, l’évaluation, les salaires et carrières.

 

Jean-François Amadieu est un sociologue spécialiste de la gestion des ressources humaines et des relations sociales. Sur Internet, on trouve des pages listant ses travaux que je vous invite à consulter : http://cergor.univ-paris1.fr/cvcergors/CV_Amadieu.htm. Il a, en particulier, fait des « testings » pour repérer les discriminations à l’embauche pour la Halde.

 

Ses arguments sont concrets et illustrés d’exemples. J’ai seulement regretté qu’il reste au niveau de la critique et propose assez peu de solutions. Probablement rêve-t-il d’un monde où l’égalité serait la règle grâce à des méthodes objectives. Mais les relations humaines ne sont toujours objectivables !

 

Ses critiques portent, dans le livre, sur les principaux sujets suivants :

  • Les techniques de recrutement utilisant parfois des outils inefficaces (graphologie) ou carrément ésotériques (astrologie, numérologie, tarot….
  • Les fréquents recrutements par réseaux et cooptations qui ne donnent pas une égalité de chances à chaque individu, ni l’assurance pour l’entreprise de recruter le candidat le plus performant.
  • Le recours quasi systématique à l’entretien de recrutement qui privilégie le clonage ou une sorte d’ « endogamie » (la ressemblance rassurant), mais aboutissant à une sorte de note de gueule qui handicape les personnes dont l’apparence n’est pas parfaite ou conforme.
  • La difficulté de gérer les problèmes de non-discrimination (refus des entreprises d’utiliser des CV anonymes) qui laisse parfois la place à une communication sur la diversité, plus affichée que réelle.
  • L’importance encore des réseaux (familles, amis, religion, politique, franc-maçonnerie… qui ont un impact sur l’évolution des salaires et des carrières.
  • Le recours immodéré à des coaches, membres d’une profession non réglementée où le meilleur côtoie le pire.
  • Le traitement de la diversité quadrature du cercle où la mesure de certains paramètres est interdite ou impossible, se traduisant par une mise en valeur des minorités visibles obtenues grâce à une discrimination positive cachant de fait des inégalités.
  • L’impuissance des DRH, évincés par les financiers, qui réapparaissent pour traiter des risques psychosociaux qu’ils n’ont pas vu venir.

 

Ayant fait moi-même du recrutement et de la gestion des RH, j’ai été très intéressée par ses analyses et conclusions avec lesquelles je suis d’accord. Un point m’a particulièrement marquée : la brèche ouverte dans les principes d’égalité, par l’introduction des quotas d’handicapés et de parité dans les conseils d’administration.

 

Sylvie LELIEVRE, 16 mai 2014 

Écrire commentaire

Commentaires : 0